• journée de formation consacrée à l’ étude sur la mycorhize de la truffe

     Le syndicat des trufficulteurs de l’Isère a organisé une journée de formation consacrée à l’ étude sur la mycorhize de la truffe.

    Pour l’occasion le STI a demandé à Gérard Chevalier, ingénieur agronome, chargé de recherches à l’Inra de Clermont-Ferrand , spécialiste des truffes, qui s’est intéressé  aux interactions arbre/champignon et à la systématique des Tuber, de diriger cette formation. choix d’autant plus judicieux qu’il  est à l’origine de la mycorhization contrôlée par la truffe, méthode pratiquée en France depuis les années 70.

    Une quinzaine de participants ont assisté à cette journée qui s’est déroulée au musée d’histoire naturelle de Grenoble. Ceci dans une salle aménagée et outillée de loupes,microscopes , matériel d’optique adapté et indispensables à la bonne observation des mycorhizes.

    P1090282

    Que retenir de cette journée? Ecoutons le président du Syndicat des trufficulteurs de l’Isère, Serge Varambon:  » : cette journée de formation a été très intéressante, animée..Gérard Chevalier organisant de nombreux travaux pratiques, d’observations. On a beaucoup appris. Aujourd’hui nous savons reconnaître si les racines d’un arbre sont mycorhizées au pas. Ceci uniquement avec une loupe. On peut même grâce à un microscope savoir de quelle variété de truffe il s’agit, ceci en observant les poils de la mycorhize.

    En un mot, ils s’agit aux trufficulteurs ou passionnés par la trufficulture d’observer à moindre coût une racine et de savoir si celle ci est mychorizée ou pas.

    Cette journée très instructive aura des suites .. Le STI disposant de microscopes, va réfléchir à l’organisation de séances d’observations grand public sur certaines manifestations comme par exemple à la foire de Grenoble.. De plus Gérard Chevalier a proposé de poursuivre cette formation par une journée consacrée à la permatrufficulture. » a tenu à rajouter le président Varambon.

    A retenir également que la journée de formation consacrée à l’ étude sur la mycorhize de la truffe a également été ouverte aux associations locales de trufficulteurs.

    La permaculture est un concept venu des pays anglosaxons (Tasmanie) à la fin des années 70.
    C’est une approche  résolument écologique, qui prend la nature comme modèle et favorise la biodiversité, en particulier en s’ intéressant aux interactions entre espèces. La permaculture est parfaitement adaptée à la trufficulture.. Cette journée consacrée à la permatrufficulture pourrait être programmée courant septembre..
    On en reparlera…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *